les draps, auxquels le malheureux bijoutier s'était cramponné, traînaient par la chambre : luimême était couché à terre, la tête appuyée contre le mur, nageant dans une mare de sang qui s'échappait de trois larges blessures reçues dans la poitrine. «Dans la quatrième était resté un long couteau de cuisine, dont on ne voyait que le manche. «Je marchai sur le second pistolet qui n'était point parti, la poudre étant probablement mouillée. «Je m'approchai du bijoutier . il n'était pas mort effectivement : au bruit que je fis, à l'ébranlement du plancher surtout, il rouvrit des yeux hagards, parvint à les fixer un instant sur moi, remua les lèvres comme s'il voulait parler, et expira. «Cet affreux spectacle m'avait rendu presque insensé . du moment où je ne pouvais plus porter de secours à personne je n'éprouvais plus qu'un besoin, celui de fuir. sac longchamp pliage cheval au galop pas cher Je me précipitai dans l'escalier, en enfonçant mes mains dans mes cheveux et en poussant un rugissement de terreur. «Dans la salle inférieure, il y avait cinq ou six douaniers et deux ou trois gendarmes, toute une troupe armée. «On s'empara de moi . je n'essayai même pas de faire résistance, je n'étais plus le maître de mes sens. J'essayai de parler, je poussai quelques cris inarticulés, voilà tout. «Je vis que les douaniers et les gendarmes me montraient du doigt . XLV. sac imitation longchamp hello kitty La pluie de sang.220 Page 224 Le Comte de MonteCristo, Tome II j'abaissai les yeux sur moimême, j'étais tout couvert de sang. Cette pluie tiède que j'avais sentie tomber sur moi à travers les planches de l'escalier, c'était le sang de la Carconte. «Je montrai du doigt l'endroit où j'étais caché. «Que veutil dire . demanda un gendarme. «Un douanier alla voir. sac longchamp imitation prix «Il veut dire qu'il est passé par là, réponditil. «Et il montra le trou par lequel j'avais passé effectivement. «Alors, je compris qu'on me prenait pour l'assassin. Je retrouvai la voix, je retrouvai la force . je me dégageai des mains des deux hommes qui me tenaient, en m'écriant : «Ce n'est pas moi . ce n'est pas moi . «Deux gendarmes me mirent en joue avec leurs carabines.